Prévoyance,
Docteur Junior

Garanties statutaires Couverture contrat de base Cotisations Contrat

Vos garanties statutaires : Docteur Junior

En tant qu’interne de troisième cycle des études de médecine, d’odontologie et de pharmacie, vous êtes Docteur Junior. Désormais, vous réalisez vos actes en "autonomie supervisée". Un changement de statut qui nécessite que vous vous intéressiez de près à votre couverture prévoyance !

Vous êtes Docteur Junior, et attention,vos garanties statutaires sont insuffisantes. 

Vous démarrez votre carrière et il est essentiel d’être correctement couvert dès le début et durablement. 

Peu importe votre choix de carrière professionnelle de médecin hospitalier, privé ou public, PH SERVICES vous accompagne pour adhérer au plus tôt et vous garantir de meilleures conditions pour votre prévoyance, face à vos risques sociaux. 

Un accident, un souci de santé… Impossible de travailler !

Une couverture qui vous assure en cas d’impossibilité de poursuivre votre cursus ou votre activité professionnelle :

  • Maintien de vos revenus en complément du régime de base de la Sécurité sociale et de vos garanties statutaires
  • Couvert en cas d’arrêt de maladie, d’incapacité, d’invalidité, de maternité, d’adoption
  • Sécurité de votre avenir 
  • Protection de vos proches en cas de décès

Pour les imprévus de la vie, en tant que Docteur Junior, et en adhérent au plus tôt, vous bénéficiez d'un taux de cotisation qui n’augmente pas du fait de l’âge. 

Bonne nouvelle, vous bloquez votre taux de cotisation pour toute votre carrière. 

Conseil PH SERVICES : adhérer jeune

Un des avantages d’adhérer jeune : votre questionnaire médical réalisé à votre adhésion, vous garantira un contrat de prévoyance durant toute votre carrière… Profites-en !

5 bonnes raisons d'adhérer jeune

Les spécificités du statut Docteur Junior 

Le statut de Docteur Junior est né de la réforme du 3e cycle universitaire des études médicales. Il ne s’agit donc pas d’un praticien senior disposant du plein exercice. Ses fonctions s'exercent par délégation et sous la responsabilité du praticien dont il relève. La phase 3 (consolidation) compte pour 1 an dans l’acquisition du secteur 2.

 Arrêtés et décrets du statut Docteur Junior et des émoluments

  • Rémunérations ou indemnités des personnels médicaux, pharmaceutiques et odontologiques exerçant leurs fonctions à temps plein ou temps partiel dans les établissements publics de santé

>> Arrêté du 11 février 2020 modifiant l’arrêté du 15 juin 2016 relatif aux émoluments 

  • Primes et indemnités du Docteur Junior

>> Arrêté du 11 février 2020 relatif aux émoluments

  • Gardes et astreintes du Docteur Junior

>> Décret n°2020-114 du 11 février 2020 

>> Arrêté du 15 janvier 2020 

  • Référentiel de mises en situation et étapes du parcours permettant au Docteur Junior d’acquérir progressivement une pratique professionnelle autonome pris en application de l’article R.61153-1-2 du code de la santé publique

>> Arrêté du 16 janvier 2020

  • Dispositions relatives au troisième cycle des études médicales et modifiant le code de l’éducation

>> Décret n°2020 – 1308 du 29 octobre 2020

Décès 

Sécurité sociale IRCANTEC

Capital décès de 3 476 € (donnée au 1er avril 2021). 

Régime de base de la Sécurité sociale, versement du capital au conjoint. 

Revalorisation annuelle.

Capital égal à 75 % du traitement soumis à cotisation + Réversion de retraite pour le conjoint.

En savoir plus 

Consulter les décrets

Incapacité - Arrêt de travail - Invalidité

Maladie ou accident, Médecin hospitalier, soyez prévoyant, en cas d’incapacité, d’arrêt de travail et d’invalidité, votre salaire n’est maintenu que partiellement, dans le cadre de votre statut. 

Les dispositions des articles R. 6153-22 et R. 6153-23 relatifs respectivement à la subrogation et à l'affiliation à la Sécurité sociale sont applicables aux Docteurs Juniors. 

Consulter les décrets

Garanties statutaires de congé de maladie

  • Congé de maladie (ou arrêt maladie) : 12 mois maximum

Un arrêt maladie ou arrêt de travail pour maladie, est prescrit par un médecin et permet une indemnisation couvrant la période pendant laquelle le travail est interrompu. 

Pendant 3 mois Puis pendant 9 mois

Et ensuite ...

100 % du salaire (Sécurité sociale incluse) après le jour de carence légal

50 % du salaire (Sécurité sociale incluse)

Sécurité sociale seule, soit suivant l'année d'internat au minimum 1 248 € au maximum 1 287 € par  mois

Consulter les décrets

Garanties statutaires de congé de longue maladie

  • Congé de longue maladie (CLM) : 30 mois maximum par période ne pouvant excéder six mois

Le congé de longue maladie est octroyé lorsque la maladie rend nécessaire un traitement et des soins prolongés, présente un caractère invalidant et de gravité confirmée et l’impossibilité d’exercer la mission professionnelle.

Pendant 12 mois Puis pendant 18 ans Et ensuite ...
100 % du salaire

50 % du salaire

Sécurité sociale, soit au minimum 1 248 € au maximum 1 287 € par mois

Consulter les décrets

Garanties statutaires de congé de longue durée

  • Congé de longue durée (CLD) : 24 mois maximum par affection par période ne pouvant excéder six mois 

Un congé de longue durée est un congé qui dure plus de 6 mois pour cause de maladie (Tuberculose, maladie mentale, affection cancéreuse, poliomyélite ou déficit immunitaire grave et acquis…) ou d'événements particuliers. 

Pendant 24 mois Et ensuite ...
100 % du salaire

Sécurité sociale seule, soit au maximum : 1 287 € par mois

Consulter les décrets

Garanties statutaires accident du travail et maladie professionnelle

  • Accident du travail ou maladie professionnelle : 36 mois au maximum

Aux termes de l’article L.411-1 du Code de la Sécurité sociale, « est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise ». 

Une maladie est dite « professionnelle » (MP) si elle est la conséquence directe de l’exposition habituelle d’un travailleur à un risque physique, chimique, biologique, ou résulte des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle.

Pendant 36 mois Et ensuite ...
100 % du salaire Sécurité sociale

Consulter les décrets

Contrat de prévoyance PH SERVICES

Vous ne pouvez plus travailler, mais vous avez toujours besoin d’un revenu. Une prise en charge totale durant votre arret avec PH SERVICES.

Dès la déclaration de votre arrêt de travail pour maladie, vos employeurs et la Sécurité sociale vous versent un pourcentage de votre salaire. Ce montant est calculé sur la base de votre statut et du type de maladie.

Il se peut que votre employeur se substitue à la Sécurité sociale pour le versement des indemnités journalières.

La souscription à une assurance complémentaire de prévoyance vous garantit de maintenir votre salaire net en comblant le différentiel entre celui-ci et les indemnités versées par la Sécurité sociale et votre employeur.

Nos offres PH SERVICES

FAQ

Peut-on bénéficier de tarifs particuliers en tant que jeune adhérent ?

Oui : Depuis le 01/01/2019, les nouveaux assurés bénéficient de tarif minorés jusqu'au 31 décembre de  l'année de vos 38 ans :

  • En PREVOYANCE pour le régime de base : Vous bénéficiez de 50 % de réduction  (maintien de vos revenus en cas de maladie ou d'accident, couverture décès, invalidité et perte de profession)
  • Pour l'option Frais Médicaux s'ils la souscrive : vous bénéficiez de 20% de réduction.

Les limites indiquées sont basées sur le Millésime et non sur la date anniversaire. L'année des 38 ans s'étend du 1er janvier inclus au 31 décembre inclus de l’année anniversaire des 38 ans.

Comment bien rédiger sa clause bénéficiaire ?

BIEN REDIGER SA CLAUSE BENEFICIAIRE

La clause rédigée sur le formulaire de désignation des bénéficiaires permet en principe de régler la plupart des situations.

[button-etre-contacte]

LA CLAUSE TYPE

La clause type prévoit le versement du capital décès (hors majoration ) au conjoint de l’assuré non séparé de droit, à défaut aux enfants nés ou à naître, vivants ou représentés par parts égales, à défaut aux ascendants à charge par parts égales, à défaut aux héritiers.

Choisir la clause type, c’est ne pas avoir à modifier sa désignation des bénéficiaires lors d’une naissance ou d’un divorce par exemple, dans la mesure où elle correspond à votre souhait.

LA CLAUSE PARTICULIERE

Le plus grand soin doit être apporté à la rédaction de la clause particulière. Il est essentiel, en effet, que cette clause ne comporte aucune ambiguïté.

  1. Identification complète du ou des bénéficiaires :

- Nom               - Nom de jeune fille       

- Prénom(s)       - Date de Naissance

  1. Degré de priorité :

Il est indispensable de préciser si l’un est prioritaire par rapport aux autres, ou d’indiquer la part de chacun s’ils sont tous bénéficiaires :

Si la première personne désignée est prioritaire, bénéficiaire de premier rang, il faut faire suivre sa désignation de  la mention « à défaut* telle autre personne » et ainsi de suite pour les autres bénéficiaires prévus.

Exemples :        Monsieur X né le -----, à défaut Madame Y nom de jeune fille A née le -----, à défaut Monsieur Z né le -----, à défaut mes héritiers.

Monsieur X né le -----, à défaut Madame Y nom de jeune fille A née le ----- et Monsieur Z né le ----- par parts égales, à défaut mes héritiers.

 

Si toutes les personnes mentionnées sont bénéficiaires par parts égales, il faut faire suivre l’énumération des bénéficiaires de cette mention.

Exemple :          Monsieur X né le -----,  Madame Y nom de jeune fille A née le -----, Monsieur Z né le ----- par parts égales, à défaut, à mes héritiers.

 

Si toutes les personnes mentionnées sont bénéficiaires mais chacune d’une manière différente, il faut exprimer la part attribuée à chacun en pourcentage (le total doit être égal à 100 %).

Exemple :          Monsieur X né le ----- 60 %, Madame Y nom de jeune fille A née le ----- 20 %, Monsieur Z né le ----- 20 %, à défaut mes héritiers.

 

Recommandations

 

Si vous souhaitez désigner « votre conjoint au moment du décès », il est préférable de ne pas mentionner son nom, car dans l’hypothèse d’un remariage après divorce ou décès, le conjoint au moment du décès serait exclu.

 

Attention, le concubin n’étant pas considéré comme conjoint (cela dépend de la définition contractuelle du terme : dans certains contrats le concubin est assimilé au conjoint), il convient d’indiquer son nom, prénom, date de naissance, sans la notion « mon concubin » et de penser à modifier sa clause en cas de changement de situation.

 

Si vous désignez vos enfants, il est préférable d’indiquer « mes enfants nés ou à naître, vivants ou représentés » plutôt que de les nommer car cela exclurait les enfants à naître.

 

Il est conseillé de terminer sa désignation des bénéficiaires par « à défaut mes héritiers ».

 

_____________________________REMARQUES___________________________

 

Tant que l’acceptation du bénéficiaire n’est pas intervenue, vous pouvez à tout moment modifier votre clause et en rédiger une nouvelle, ce qui annulera et remplacera la précédente.

 

La désignation des bénéficiaires ne peut être enregistrée qu’à partir d’un document original et non à partir d’un fax, d’un courriel ou d’une photocopie.

* à défaut : ce terme signifie qu’en cas de décès d’un bénéficiaire, sa part revient au bénéficiaire suivant.

 

Document rédigé par GENERALI

Quelle est la clause de désignation de bénéficiaire prévue au contrat par défaut ?

Sauf stipulation contraire, la clause par défaut est :

« Mon conjoint non séparé de droit ni divorcé, à défaut mes enfants nés ou à naître vivants ou représentés par parts égales, à défaut mes parents par parts égales, à défaut mes héritiers. »

Comment évolueront les cotisations de votre contrat dans le temps ?

Toute adhésion avant ou au cours de l'année anniversaire de vos 38 ans (année de millésime), vous permettra de bénéficier d'un tarif non évolutif en fonction de votre âge. .

A noter : Les limites indiquées sont basées sur le Millésime et non sur la date anniversaire.Ainsi l'année des 38 ans s'étend du 1er janvier inclus au 31 décembre inclus de l’année anniversaire des 38 ans.
Pour bénéficier de la clause de non évolution du tarif du contrat en fonction de l’âge (à 45 et 50 ans), il suffit à un praticien né(e) un 26 juillet d’adhérer avant le 31 décembre de l’année de son anniversaire des 38 ans.

Qu'est ce que l'invalidité 1ère, 2ème et 3ème catégorie ?

Invalidité 1ère catégorie :

C'est une invalidité partielle.

Taux d'invalidité compris entre 33 et 66 %, ce qui permet de continuer une activité professionnelle à temps partiel.

 

Invalidité 2ème catégorie :

C'est une invalidité totale.

Taux d'invalidité supérieur ou égal à 66 % ne permettant pas de continuer une activité professionnelle.

 

Invalidité 3ème catégorie :

C'est une invalidité totale et définitive.

Il y a alors une impossibilité d'exercer une quelconque activité professionnelle et obligation d'avoir recours à l'assistance d'une tierce personne pour effectuer les actes ordinaires de la vie.

Assistance

Besoin d'aide
ou de renseignement ?

Se sentir accompagné et soutenu face aux aléas de la vie, avoir un contact avec qui échanger sur des questions de garantie prévoyance, savoir compter sur ses pairs, eux-mêmes professionnels de santé pour être conseillé… ce sont les engagements de PH SERVICES. Une adhésion, au plus tôt du démarrage de votre carrière de praticien hospitalier et tout au long de vos évolutions de statut et de carrière, c’est l’assurance d’une couverture santé complémentaire de qualité pour vous, professionnel de santé, et votre famille.
Nous contacter
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus. Accepter les cookies
×